Chers lecteurs du blog, 

Comme toujours, je partage avec vous dans ce blog mes expériences, impressions et observations au cours de mon service volontaire en Allemagne. J’espère que vous êtes en bonne forme. Il fait de plus en plus froid ici, et le vrai froid est encore à venir….

Mon travail devient chaque jour plus intéressant par rapport aux mois précédents, grâce aux différents événements qui se déroulent sur le lieu de travail et en dehors.

Il s’agit notamment de réunions régulières avec un groupe de catéchumenes, de sorties avec mes collègues de travail et aussi de séminaires. L’avant-dernier événement auquel j’ai assisté s’est déroulé du 18 au 20 octobre à l’Evangelische Akademie Loccum. Il y avait 65 participants au total – dont des hommes et des femmes politiques, des conférenciers, des enseignants, des chercheurs et des doctorants. Le sujet était la rivalité entre les nouveaux systèmes ? Entre coopération et confrontation dans le traitement des puissances autoritaires.

L’objectif de la conférence était de réfléchir à la difficulté de traiter avec des pouvoirs autoritaires et de donner des impulsions pour proposer des solutions. Il est apparu clairement lors de la conférence que le changement climatique, en tant que défi mondial, ne peut être combattu, voire évité, que par tous les pays réunis. C’est le point de vue du monde occidental. Malheureusement, la Chine, par exemple, n’utilise pas non plus l’opportunité de coopération ici, mais lance une compétition pour montrer au monde sa puissance et la puissance de son système.

En conclusion, il est apparu clairement que, malgré tout, il faut toujours essayer de rester en dialogue, que ce soit sur le plan politique, économique ou culturel. La conférence a été l’occasion pour moi de rencontrer de nouvelles personnes et de discuter avec elles. Je dois admettre que c’était un événement de haut niveau.

J’ai également eu l’occasion de rencontrer un groupe de lecture à Lüneburg composé de femmes qui lisent actuellement le livre „Heimkehren“ de Yaa Gyasi. A Lüneburg, j’étais avec Wolfgang Blum de la mission d’Allemagne du Nord. Il est responsable des projets au Ghana et au Togo. Le matin, nous avons visité la belle ville de Lüneburg à pied, accompagnés par Mme Maria Iwamoto, la responsable du groupe de lecture. Dans l’après-midi, nous avons rencontré le groupe du cercle de lecture composé d’environ cinq membres. Wolfang Blum a fait un exposé sur la Mission de Breme et les différents projets au Togo et au Ghana. Cette discussion a été suivie d’un débat sur le Ghana, au cours duquel j’ai expliqué comment vivent les Ghanéens, quelle est leur culture et leur vie quotidienne. Comme le Togo et le Ghana ont beaucoup de choses en commun, j’ai aussi pu en dire quelque chose en tant que Togolais.

Mes réunions avec la confédération ont lieu tous les mardis soirs avec Katrin et d’autres dirigeants de la confédération, ici à Brême. Ce que je trouve intéressant dans tout cela, c’est la diversité des classes de confirmation. Contrairement au Togo, où il s’agit d’apprendre les 

versets de la Bible, les sacrements et tout ce qui a trait à la religion. Ici, par d’autres moyens tels que des ateliers et des travaux de groupe, les catéchumenes sont amenés à comprendre les recommandations de la Bible et à les mettre en pratique.

Je me souviens bien de la réaction d’un catéchumene après un atelier sur la nutrition durable. Il a ajouté que l’atelier était également intéressant car il ne s’agissait plus seulement de la Bible, mais de quelque chose de très pratique autour de la Bible.

L’objectif de l’atelier était de sensibiliser les participants à l’impact de notre consommation alimentaire sur le climat, à la question de la protection des créatures de Dieu. Je pense que c’est une très bonne chose qui devrait également être incluse dans les différents cours de confirmations au Togo et au Ghana. 

Un autre événement auquel j’ai assisté a eu lieu à l’occasion de la Journée de la Réformation dans la Stadtkirche de Delmenhorst sur le thème „Regardez ! -Qu’est-ce qu’il faut de plus de justice ?“. J’étais là avec Heike Jakubeit

Diverses questions d’injustice sociale ont été abordées lors des entretiens. Pour chaque question, il y avait une ou deux personnes qui pouvaient en témoigner. Ils ont également été interrogés sur leurs visions futures pour plus de justice.

Par exemple, la situation des soignants en Allemagne a été discutée. Bien que ce secteur soit d’une grande importance, il est mal payé et il y a actuellement un manque de travailleurs. En outre, il y a aussi la question de la vie des personnes handicapées, des travailleurs culturels indépendants en période de corona et de migration, ainsi que la pénurie de logements. J’ai été interviewé sur la question de la justice vaccinale mondiale.

Mon appel : les dons de vaccins ne suffisent pas. Les brevets des vaccins doivent également être libérés. Parce que : la charité est effectivement une grande attitude et pratique la charité, mais je l’associe davantage à la justice qu’à la seule charité.

L’évêque auxiliaire Wilfried Theising, qui a prêché, comme d’autres avant lui ce soir-là, a appelé à davantage d’action au lieu de longs discours. Il a dit : l’amour est une action.

A l’occasion de cette journée de la Réformation, j’ai eu l’occasion de participer au service télévisé qui a eu lieu à Aumund et qui a été diffusé sur ARD. Vous pouvez regarder le service dans la médiathèque de l’ARD. Amusez-vous bien à regarder !

Kommentar verfassen

Trage deine Daten unten ein oder klicke ein Icon um dich einzuloggen:

WordPress.com-Logo

Du kommentierst mit Deinem WordPress.com-Konto. Abmelden /  Ändern )

Google Foto

Du kommentierst mit Deinem Google-Konto. Abmelden /  Ändern )

Twitter-Bild

Du kommentierst mit Deinem Twitter-Konto. Abmelden /  Ändern )

Facebook-Foto

Du kommentierst mit Deinem Facebook-Konto. Abmelden /  Ändern )

Verbinde mit %s